5 min

Prévention

Haut les mains au Latex

29 octobre 2018 |

Prévention
gants latex, allergie latex soignants

L'allergie au latex touche 1 % de la population mais près de 20 % des professionnels de santé. Chirurgiens, infirmiers de bloc opératoire et infirmiers anesthésistes, qui portent non-stop des gants sont parmi les plus exposés. Des risques qui concernent aussi les patients puisque 16 % des chocs opératoires seraient liés à une allergie au latex.

La 10e journée mondiale du lavage des mains qui vient d’avoir lieu le 15 octobre dernier, rappelle toute l’importance des mesures d’hygiène suivies au quotidien par les soignants. En effet, 80 % des microbes se transmettent par les mains et pour s’en protéger, l’utilisation de gants en latex est devenue la règle. Pourtant, cette matière qui figure dans la composition de plus de 40 000 produits de consommation au premier rang desquels ces gants de caoutchouc, mais aussi bon nombre de tubes, intraveineuses, de seringues, de stéthoscopes ou bien encore de bandages n’est pas sans poser de problème.

Parmi les membres d’une équipe de soins, la déclaration des allergies au latex est finalement assez fréquente. En effet, les protéines du latex entrent dans le corps par la peau et l’utilisation intensive de ces gants déclenche de multiples allergies. Bien sûr, le traitement du latex et sa fabrication ont changé au fil du temps, mais le risque de développer une allergie au niveau de la peau, des yeux ou des voies respiratoires persiste et serait même en pleine recrudescence. Des symptômes qui se manifestent y compris chez les soignants qui ne sont pas en contact direct avec le latex mais dont la présence dans l'environnement professionnel déclenche à elle-seule des allergies.

 

Des rougeurs, des démangeaisons, mais aussi des toux, essoufflements et larmoiements

Ces dernières années, une recherche systématisée des signes cliniques et biologiques d’allergie au latex a permis de recenser près de 300 cas aux Hospices civils de Lyon (HCL). Dès 2010, le conseil international des infirmières a alerté sur ce risque professionnel particulier, invitant les employeurs à fournir un équipement de protections adaptées et propres à chacun. Problème, les gants en latex sans poudre sont plus chers et les gants sans latex encore bien plus onéreux. Au sein des services hospitaliers comme dans les consultations et les soins de ville, le changement de gants reste pourtant systématique entre deux patients pour se prémunir et rompre la chaîne des risques infectieux. Claire, infirmière en hospitalisation à domicile, confie en utiliser jusqu’à 45 paires chaque jour.

Cela laisse imaginer le coût global à l’échelle d’un hôpital. Les gants peuvent effectivement peser lourd dans les budgets des établissements. Dans son rapport sur les achats hospitaliers, la Cour des comptes n’a pas manqué l’an dernier de souligner l’intérêt de mieux en négocier les prix notamment dans les petites structures. Les CHU parviendraient à les payer environ 40 % moins chers que les hôpitaux locaux. Des prix à mieux négocier, y compris pour les protections de nouvelle génération, réputées moins allergisantes. Une question d’hygiène, de sécurité et de confort pour celles et ceux qui doivent porter ces gants en continu, notamment à l’occasion des gestes techniques. De nombreux étudiants d’IFSI s’étonnent aujourd’hui lors de leur premier stage de voir des soignants réaliser des prises de sang sans la moindre protection. Si le manque de temps est souvent invoqué, l’allergie au latex l’est tout autant. Pourtant diverses solutions existent pour la protection des mains. Gants textiles à placer sous les gants de caoutchouc ou bien encore gants hypo-allergéniques en vinyle ou néoprène, garantissent cette indispensable protection pour un exercice sans risque, dans les règles de l’art.

Laurence Mauduit

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.