5 min

Prévention

Et si le mal de dos des soignants devenait une urgence

21 novembre 2018 |

Prévention
prévention des lombalgies

A l'initiative d'une nouvelle campagne d'information sur le mal de dos lié au travail, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) s'adresse aux employeurs appelés à redoubler de vigilance.

La Cnam tire notamment la sonnette d'alarme dans l'univers des soins et de l'aide à la personne où les seules lombalgies seraient à l'origine de 2,3 millions de journées de travail perdues chaque année en France. Infirmières, aides-soignants, puéricultrices, à l'hôpital, en Ehpad, à domicile : les soignants sont tous concernés !

Alors que plus de 4 actifs sur 5 déclarent avoir déjà eu des problèmes de dos pendant ou après le travail, les jours perdus dans le seul secteur de l’aide et des soins à la personne représenteraient 10 800 emplois à temps plein. L’occasion pour le Dr Marine Jeantet, directrice des risques professionnels de l’Assurance maladie d’appeler les employeurs à plus de vigilance pour prévenir les lombalgies liées au travail pour permettre le maintien en emploi des soignants.

VISUEL_0.jpg

de gauche à droite : Jean-Philippe Sabathé, Dr Marine Jeantet, Pr Bruno Fautrel

Jean-Philippe Sabathé, responsable du département Prévention à la direction des ressources humaines du groupe hospitalier Saint-Joseph à Paris témoigne.  «100 % de nos troubles professionnels ont une origine musculo-squelettique et expliquent la moitié des accidents du travail dans le secteur de la santé, »  Le mal de dos impacte fortement les soignants y compris les étudiants en IFSI, qui s’en plaignent déjà régulièrement.

 « Porter des charges lourdes ferait partie du métier » : c’est terminé !

La restriction du port de charge, limité à 5 kg dans de nombreux univers professionnels ne fait pas partie de la culture soignante. Au lit du malade, la question se poserait réellement au-delà de 100 kg et les mauvaises postures pour prendre un nouveau-né montrent aussi que les torsions posent autant de problèmes que le poids. Face à l’ampleur de ce problème et au maintien dans l’emploi des soignants, Jean-Philippe Sabathé explique qu’il est tant de repenser le travail des soignants notamment dans la manutention des patients et de changer aussi de regard. « On a estimé trop longtemps qu’une aide-soignante qui n’a pas mal au dos, ne travaille pas assez ! » poursuit Jean-Philippe Sabathé estimant qu’il faut « reconstruire le soin sans exposer le personnel aux ports de charges. »

La tension acceptable lui semble être la force de deux doigts, avec une démarche à acquérir et des investissements à réaliser dans les établissements de santé. Des outils diminuent considérablement ces efforts tout en restant proches du patient et Jean-Philippe Sabathé s’appuie sur une initiative rentable pour les soignants et son établissement.

L’hôpital Saint-Joseph a investi environ 20 000 euros entre 2011 et 2017 dans l’intégration de tapis de glisse dans le soin de manutention lié aux rehaussements des patients dans un lit médicalisé.

Résultat, 798 868 euros d’économies générées sur le budget de l’hôpital avec plus de maintien dans l’emploi pour le personnel soignant. Un constat que partage le Pr Bruno Fautrel, chef du service de rhumatologie à la Pitié Salpêtrière qui souligne aussi tout l’intérêt des rails dont l’investissement un peu plus lourd peut aussi considérablement alléger les charges pour les soignants. Des initiatives aujourd’hui clairement plébiscitées par la Cnam et le Dr Marine Jeantet invite les établissements à multiplier ces actions, même si les résultats n’en sont pas immédiatement visibles. Investir dans la santé des soignants lui paraît un placement forcément rentable. « Le mal de dos n’est pas une fatalité, des solutions existent et nous avons tous intérêt à les mettre en œuvre, pour permettre à la fois aux soignants de moins souffrir, de garder leur emploi, »  conclut Marine Jeantet en soulignant que ces initiatives peuvent aussi permettre aux établissements de soins d’améliorer leurs performances. 

 

Laurence Mauduit

RESSOURCES


mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.