15 min

Une journée avec .... Marion Traverse, ergothérapeute au CH de Gray

26 février 2018 |

Métiers de la santé

À la découverte des professionnel(le)s de santé, acteurs au quotidien de l'hôpital aujourd'hui. Partagez une journée avec Marion Traverse, 26 ans, ergothérapeute au service Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) du Centre hospitalier du Val de Saône Pierre Vitter à Gray (70) depuis janvier 2017.

Enthousiaste, les yeux rieurs, Marion fait partie des gens qui aiment profondément leur métier et ça se voit. Cette jeune ergothérapeute qui, déformation professionnelle, se balade toujours avec une clé 6 pans dans son sac à main, participe à une meilleure connaissance de ce métier qui ne compte que quelques milliers d’intervenants en France.

MA VIE AVEC FLORIAN

« Je suis en couple avec Florian, originaire de Dijon, depuis l’âge de 17 ans. Il travaille en qualité de conseiller à dominante entreprise à Pôle emploi à Dijon. Nous n’avons pas encore d’enfant, ce qui nous laisse beaucoup de temps libre car j’ai la chance d’avoir des horaires de travail fixes (8h30-16h15). Contractuelle en CDI, je bénéficie de 25 jours de congés annuels, 7 RTT. Florian est passionné de “retrogaming” (joueur et collectionneur de jeux vidéo anciens). Il fait aussi partie de deux groupes où il joue de la guitare et de la basse. Je lis beaucoup : des policiers, des romans fantastiques, des histoires de vie, je suis aussi fan de mangas. J’adore confectionner des pâtisseries. Depuis peu je me suis mise au tricot ».

MON PARCOURS AVANT DE CHOISIR L’ERGOTHÉRAPIE

« Originaire de Marsannay-la-Côte en Côte d’Or, j’ai passé un bac S. J’étais plutôt une bonne élève, et, sans vraiment me poser de questions, j’ai enchaîné sur une prépa agro-véto puis deux années en fac de biologie à Dijon. Au bout de 3 ans, je me suis aperçue que ce n’était pas ce que je voulais faire. Le hic : je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. J’avais un profil scientifique mais envie d’un travail avec une forte dimension humaine. J’aimais le secteur médical mais la vue du sang me dérangeait. J’ai réalisé un bilan de compétences et le métier d’ergothérapeute est apparu comme une évidence. J’ai été admise sur concours à l’UPEC de Créteil  et j’ai obtenu mon diplôme d’Etat en 2015.

En octobre 2015, j’ai débuté avec un mi-temps en SSR au CH de Gray et un autre à l’EHPAD Alfred Dornier à Dampierre-sur-Salon.

Fin 2016, la direction du CH de Gray m’a proposé le plein temps que j’occupe actuellement sur le plateau de rééducation pour tous les services du CH et de l’Equipe Mobile de Gériatrie.

Nous disposons d’un immense espace de travail.

J’interviens également à domicile pour l’équipe mobile. L’infirmière coordinatrice, Marie Gaudinet, peut faire appel à nous pour évaluer les capacités d’une personne à rester à son domicile (grâce à des évaluations des capacités motrices et cognitives pour gérer les actes de la vie quotidienne et entretenir son logement, en toute sécurité) ou préconiser des aides techniques (choix du matériel pour la réalisation des transferts, déplacements, habillage…) et donner des conseils en aménagement (désencombrement, installation d’une rampe d’accès, travaux dans les salles de bains, cuisines…) ».

« On ne choisit pas le métier d’ergothérapeute par hasard. Il s’agit vraiment d’un métier passion »

MON MÉTIER D’ERGOTHÉRAPEUTE

« On ne choisit pas le métier d’ergothérapeute par hasard et certainement pas pour la reconnaissance. Il s’agit vraiment d’un métier passion. La discipline est encore peu représentée en Francesouvent méconnue et peu valorisée. Combien de fois nous avons entendu :  “l’ergo quoi déjà ?!” La méconnaissance d’un métier entraîne ce type de remarque. Pour certains, notre rôle est de placer des mousses autour des lits, ou de faire de l’occupationnel, voire de l’animation (poterie, macramé avec les patients). J’aime profondément mon métier car il est très proche de l’humain. Je netraite pas une pathologie mais j’interagis avec un être humain.

Mon mémoire de fin d’études s’intéressait à comment la mise en place de la relation thérapeutique au travers de l'utilisation du jeu favorise l'engagement du patient dans sa rééducation.

Pour résumer mon métier sur le plan rééducationnel, je dirais que, grâce à des techniques de rééducation qui passent par des activités artistiques, manuelles ou ludiques, l'ergothérapeute aide les personnes souffrant d'un handicap à retrouver l'autonomie nécessaire à leur vie quotidienne, professionnelle et familiale.

Le métier d’ergothérapeute, en fonction du lieu d’exercice, peut être très différent : en psychiatrie, pédiatrie, gériatrie…. On ne peut donc pas s’en lasser ».

Diaporama

24h chrono avec Marion Traverse, ergothérapeute au Centre hospitalier du Val de Saône - Pierre Vitter.

7h

« Si le réveil sonne c’est que nous sommes en semaine. Je suis un des rares métiers en milieu hospitalier à avoir tous mes week-ends ! Je me lève, me prépare rapidement. Florian décolle de la maison avant moi, entre 7h30 et 7h45 ».

7h50

Journée type d'une ergothérapeute 7h50

 
« Je quitte la maison. Nous avons choisi de vivre à Magny-Saint-Médard, un petit village en Côte d’Or qui se situe à égale distance entre Dijon et Gray. J’ai 25 à 30 minutes de trajet en voiture pour me rendre au Centre hospitalier ».

8h15

Journée type d'une ergothérapeute 8h15

 
« J’arrive à l’hôpital, j’ai une dizaine de minutes ensuite pour me changer. Nous sommes une petite équipe de 4 personnes sur le plateau de rééducation du SSR : 2 ergothérapeutes, 1 kinésithérapeute et 1 aide-soignante. Il y a une très bonne ambiance. On se voit d’ailleurs régulièrement à l’extérieur ».

8h30

Journée type d'une ergothérapeute 8h30

 
« Pendant 45 minutes je m’occupe des tâches administratives. Je cote mes actes dans le PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information), l’outil de description et de mesure médico-économique de l'activité hospitalière qui permet à l’établissement d’être rémunéré pour les actes médico et paramédicaux réalisés. Une fois cette tâche effectuée, je relève les prescriptions médicales nécessaires à mon exercice afin d’organiser mes prises en charge de la journée ».

9h15

Journée type d'une ergothérapeute 9h15

 
Temps d’échange avec les aides-soignantes du service et les infirmières. « J’en profite pour prendre un café. C’est un moment d’échange important avec nos collègues. Dans notre service de soins de suite et de réadaptation, on pourrait facilement passer une journée sans se croiser sans ce point informel ».

9h30

Journée type d'une ergothérapeute 9h30

 
Les prises en charge des patients sur le plateau de rééducation débutent. « Je gère entre 8 à 10 patients par jour si l’aide-soignante accompagne les patients et que je n’ai donc pas à aller les chercher dans leur chambre. C’est une aide très précieuse ».

10h

Journée type d'une ergothérapeute 10h

 
« Chaque support nous aide à faire travailler les fonctions qui nous intéressent d’une manière ludique et gratifiante. Depuis mon arrivée, la direction a investi dans de nouveaux matériels, notamment cette console vidéo wii. Elle permet de travailler sur le contrôle de son centre gravité et gérer les situations de déséquilibre ».

11h

Journée type d'une ergothérapeute 11H

 
La durée des séances est fixée en fonction des capacités d’attention et physiques des patients : 2 fois 10 mn ou parfois jusqu’à 1h. Il n’y a pas de règles. Chaque séance est adaptée au profil du patient. « L’objectif avec cet exercice de tricotin est de récupérer de la mobilité. L’exercice demande de la dextérité. L’essence même de l’ergothérapie consiste à faire recouvrir des capacités au patient par l’intermédiaire d’une activité (artisanale, jeux …) », explique Marion. « Je suis hospitalisée depuis 3 semaines au CH de Gray. J’ai chuté et je me suis fracturée la hanche et le poignet gauche. J’ai subi deux interventions chirurgicales avant d’arriver ici », commente la patiente.

11h30

Journée type d'une ergothérapeute 11h30

 
Oui, on peut utiliser une planche de skate board en ergothérapie. « La cheville et le genou sont mobilisés de manière active. Cela permet de travailler au niveau de l’extension et de la flexion et de gagner en amplitude. C’est un bon exercice notamment dans le cas d’une hémiplégie », explique Marion.

12h30

Journée type d'une ergothérapeute 12h30

 
Marion et ses collègues du plateau de SSR ont une demi-heure pour déjeuner au réfectoire. « On a la chance d’avoir un restaurant du personnel à l’hôpital. Je n’ai pas de déjeuner à me préparer. C’est un gain de temps ».

13h

Journée type d'une ergothérapeute 13h

 
« C’est la première fois que j’ai une collègue. C’est rare qu’il y ait 2 ergothérapeutes dans un établissement comme le nôtre. Avec Marion, on se complète », sourit Joëlle Mellet, son binôme à l’hôpital, ergothérapeute expérimentée, au CH de Gray depuis 12 ans.

14h30

« Chaque mardi de 14h30 à 16h15, nous participons à un staff avec le cadre de santé, le médecin et l’ensemble des professionnels du SSR. Le but est de valider les projets thérapeutiques individualisés (PTI) de chaque patient, d’établir un constat des progrès de chacun ainsi que l’état d’avancement des démarches administratives (préparation à l’entrée en maison de retraite, retour à domicile…). Une fois rédigé, le PTI est présenté pour avis et validation au patient ou ses proches afin d’obtenir leur engagement au sein de la démarche de soins ».

15h

Journée type d'une ergothérapeute 15h

 
« Nous disposons d’un espace cuisine pour placer les patients en situation de reproduire une activité de la vie quotidienne, comme préparer le café pour valider leur capacité à enchaîner les étapes et gérer des gestes du quotidien. Nous travaillons ainsi les fonctions cognitives et fonctionnelles ».

15h45

Journée type d'une ergothérapeute 15h45

 
« Nous proposons de réaliser certains jeux en position debout pour travailler l’endurance sur la station debout et la stabilité, notamment après une fracture de la hanche. »

16h

Journée type d'une ergothérapeute 16h

 
Mélanie Dard, kinésithérapeute (à gauche) a rejoint l’équipe en novembre dernier. Originaire de Gray, elle exerçait en libéral depuis 2004. Mélanie, Joëlle et Marion échangent beaucoup sur les patients. « Je rédige les actes réalisés pendant la journée et établis un point de situation pour chaque patient, dans le dossier patient informatisé, afin que l’ensemble des professionnels concernés puissent accéder à ces informations ».

16h30

Journée type d'une ergothérapeute 16h30

 
« Je quitte le CH. Le temps du trajet retour me permet de faire la césure avec le travail. Si j’habitais plus près je n’aurais pas ce moment qui me permet de me déconnecter. Je ne suis plus ergothérapeute, je redeviens Marion Traverse ».

17h

Journée type d'une ergothérapeute 17h

 
« Je suis à la maison. Florian arrive à 18h. Je pratique la Zumba 2 fois par semaine. Les autres soirs j’en profite pour m’adonner à une de mes passions, la pâtisserie ou le tricot ».

23h

« Extinction des feux après avoir visionné une petite série ».

Comment devient-on ergothérapeute ?

22 instituts agréés préparent, en 3 ans, au Diplôme d'Etat d'ergothérapeute avec un niveau Licence permettant des passerelles avec l'université et, éventuellement, d'autres filières.
Les études comportent une alternance de cours et de stages et la réalisation finale d'un mémoire.
Les ergothérapeutes peuvent intervenir dans plusieurs types de structures : à l'hôpital ou dans des services extra-hospitaliers auprès d'adultes et d'enfants. Ils peuvent aussi travailler dans des structures médico-sociales ou sociales.

Plus d'infos :

Association Nationale Française des Ergothérapeutes (ANFE)

Zoom sur le Centre Hospitalier du Val de Saône Pierre Vitter

Le Centre Hospitalier du Val de Saône (CHVS) est un établissement public de santé, régi par le Code de la Santé Publique. Le CHVS a une activité de court-séjour et d’hébergement, il comprend plusieurs sites :

  • Site de l’hôpital : 1, rue de l’Arsenal à Gray (70)
  • Sites des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de 351 lits :

⇒Hôtel-Dieu à Gray (166 lits)

⇒Les Capucins à Gray (85 lits)

⇒Maison de retraite de Oyrières (19 lits)

⇒St-Hilaire à Pesmes (40 lits)

⇒Les Lavières à Champlitte (40 lits d’accueil permanent et 1 lit d’accueil temporaire).

Depuis le 1er juillet 2016, le Centre Hospitalier du Val de Saône de GRAY a rejoint le GHT Centre Franche-Comté aux côtés de 10 autres établissements :

  • Centre de soins et d'hébergement de longue durée Jacques Weinman, Avanne-Aveney;
  • Centre hospitalier de Baume-les-Dames ;
  • Centre hospitalier régional universitaire de Besançon ;
  • Centre de long séjour de Bellevaux, Besançon ;
  • Centre de soins et de réadaptation Les Tilleroyes, Besançon ;
  • Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 
  • Centre hospitalier Paul Nappez, Morteau ;
  • Centre Hospitalier Saint-Louis, Ornans ;
  • Centre hospitalier intercommunal de Haute-Comté ;
  • Etablissement de santé de Quingey.

Le centre hospitalier de Novillars et le CHS de Saint-Ylie Jura sont associés au groupement pour la rédaction de son projet médical.

Le pôle hospitalisation composé des services de Médecine, du SSR dispose d’une capacité d’accueil de 70 lits.

L’équipe du SSR (16 lits) est composée d’1 cadre de santé à mi-temps, d’1 praticien hospitalier, ainsi que d’infirmières, d’aides-soignantes, d’agents des services hospitaliers, de 2 ergothérapeutes, 1 kinésithérapeute ainsi que tous les services transversaux (diététique, service social…).

Le pôle urgences consultations est composé d’un service d’urgences 24h/24, d’un SMUR, d’une Unité d’Hospitalisation de Courte Durée (UHCD) (2lits), d’une Unité de surveillance continue (9 lits), d’un Service de Consultations pluridisciplinaires (Angiologie, Cardiologie, Chirurgie, Traumato-Orthopédique, Chirurgie Viscérale, Chirurgie Vasculaire, Consultation mémoire, Diabétologie-endocrinologie, Gastro-entérologie, Néphrologie, Neurologie, O.R.L, Pneumologie, Rhumatologie, Urologie, Planning familial, Addictologie par ANPAA 70), d’un Centre Périnatal de Proximité Unité mère-femme (gynécologie, sage-femme et suivi de grossesse), d’un Service d’Imagerie Médicale (Radiologie-Echographie-Scanner), d’un Laboratoire et Dépôt de produits sanguins labiles.

Le pôle EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées) quant à lui, accueille 351 personnes âgées.

Reportage réalisé par Paquerette Grange

Photos Valérie Hue

POUR ALLER PLUS LOIN :

https://www.mnh-hop.fr/content/ergotherapeute-en-psychiatrie

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.