10 min

Regards des Français sur l'hôpital et la santé aujourd'hui

29 mai 2018 |

Santé
Regards des Français sur l'hôpital et la santé aujourd'hui

L’hôpital et la santé  : les acteurs de la santé bénéficient toujours d’une exceptionnelle image.

 

1) Image globale des acteurs de santé : Les personnels de santé – surtout les infirmières – jouissent d’une excellente image, partout en Europe, et plus particulièrement en France. 94% des Français ont ainsi une bonne opinion des infirmières, soit 10 points de plus que la moyenne européenne.

 

2) Image détaillée des médecins et des infirmières, passés au crible de l’opinion : si on prête aux médecins quelques défauts, malgré leur très bonne image globale – on les juge « privilégiés » (52%), « conservateurs » (59%), « corporatistes » (63%) et pas assez « disponibles » - on ne les fait pas aux infirmières qui ne sont parées que de qualités. Mais surtout, globalement, les uns comme les autres sont perçus par plus des trois-quarts des Français comme des professionnels « compétents », « courageux » et « sympathiques ». Les Français semblent apprécier d’autant plus leurs professionnels de santé hospitaliers qu’ils estiment que ces professions sont à la fois « débordées » (88% et 89%), et (encore une fois, surtout pour les infirmières) « pas suffisamment reconnues » (60% et 82%).

 

3) Recommandation de la profession hospitalière : travailler à l’hôpital est dur, surtout en tant qu’infirmière ; les Français ne seraient donc guère enthousiastes (50/50) à l’idée de recommander cette profession à leurs enfants… les infirmières le seraient encore moins : 82% d’entre elles ne conseilleraient pas à leurs enfants de suivre leur vocation.

 

4) Perception quant à la rémunération des acteurs : les Français estiment par ailleurs très largement (plus de 8 sur 10 le pensent) que la rémunération des infirmières et des aides-soignantes – qu’ils connaissent assez bien (la plupart estiment de façon assez juste la rémunération des différents personnels de santé) – est largement insuffisante !

 

L’hôpital et la santé : les établissements de santé et des soins bénéficient eux-aussi d’une image exceptionnelle dans notre pays.

 

1) Tout comme les acteurs de la santé, les établissements de santé sont, eux-aussi, toujours très appréciés :

8 Français sur 10 disent ainsi avoir une bonne opinion des établissements de santé privés (85%) comme des établissements de santé publics (77%) et 84% de Français jugent globalement « bonne » la qualité des soins en France. Sur tous ces points la France est, pour une fois, numéro 1 en Europe, loin devant les autres pays et notamment l’Allemagne.

 

2) Le match public-privé tourne à l’avantage du public : malgré un moindre confort perçu, si on leur demandait de choisir, les Français privilégieraient plus souvent le public (ou le CHU) ; pourtant, le privé le devance désormais légèrement en termes de perception de la qualité des soins… mais il est unanimement perçu comme étant « plus cher » pour les patients (93% vs 5% au public) et est moins universel.

 

3) Mais en réalité ce match « public-privé » est artificiel ; car la nature de l’établissement n’est pas le critère fondamental de choix des patients… c’est bien la recommandation de leur médecin qui prime, et c’est en fonction d’elle qu’ils choisissent leur établissement.

 

 

Préférences et souhaits sur l’avenir de l’hôpital : c’est simple, les Français demandent toujours plus d’argent pour un hôpital toujours plus équitable plutôt que plus performant.

 

1) Pour les Français, la justice et l’équité doivent l’emporter sur la performance (65% vs 34%)… nous sommes les seuls en Europe à faire un tel choix.

 

2) Autre singularité « Gauloise », contrairement à leurs voisins, les Français croient que leur pays investit peu dans la santé, alors même que nous sommes objectivement l’un des pays qui dépense le plus en matière de santé publique.

 

3) De toute façon les Français sont convaincus qu’il faut accorder plus de moyens à la santé, quitte à devoir réduire les investissements publics dans d’autres domaines.

 

4) Plus de moyens et aussi plus de personnels ! Nos concitoyens sont convaincus que l’amélioration de la situation des hôpitaux passe prioritairement par une augmentation des effectifs, des moyens et des personnels.

 

5) Localisation et GHT : oui au regroupement ! Les Français privilégient des hôpitaux mieux dotés et regroupés plutôt que de petits hôpitaux présents partout sur le territoire, même s’ils ne sont pas convaincus que cette réorganisation améliorera la qualité des soins.

 

6) Enfin, Les Français demandent un changement dans la gouvernance optant majoritairement pour des hôpitaux désormais dirigés par des médecins plutôt que par des technocrates formés à l’EHESS (Ecole des Hautes études en Siences sociales).

 

Révolution des nouvelles technologies dans la santé : les Français sont prêts, et accueillent favorablement les développements de la e-santé tout comme le boom des données de santé.

 

1) Les Français pensent que le développement de la e-santé va avoir un impact positif sur le parcours de soin du patient comme sur la rémunération du médecin.

 

2) Les notions nouvelles de télémédecine, téléconsultation, télé-expertise, et télésurveillance médicale sont déjà bien connues et suscitent l’adhésion et l’appétence des Français.

 

3) Pourtant, de nombreuses peurs existent aussi s’agissant de la télémédecine, mais le positif (facilitation de la vie de tous et notamment des patients) l’emporte et son développement semble de toute façon inéluctable aux Français.

 

4) L’accès en ligne à ses données médicales, voulue, par la Ministre, est plébiscité par les Français (82%) qui se disent prêts à y accéder (75%) dès qu’ils en auront la possibilité.

 

5) Si les Français craignent les risques de piratage (80%), ils ont confiance dans les institutions pour les protéger de ces risques (55%) et pensent que leurs données de santé sont bien protégées par les acteurs de santé.

 

Sur la tarification des soins aussi, les Français et les acteurs de la santé sont prêts à une révolution.

 

1) Tarification des médecins : les deux-tiers des médecins et près d’un Français sur deux seraient favorables à la fin de la tarification à l’acte et à l’introduction d’une forme de forfait.

 

2) Réciproquement, les deux-tiers des Français sont POUR la suppression de la tarification à l’acte à l’hôpital, qu’ils jugent « mauvaise » car générant une « dictature du chiffre »… les personnels hospitaliers ne leur donnent pas tort, les uns comme les autres appelant désormais à la mise en place d’une solution mixant forfait (MCO) et paiement à l’acte.

 

3) Une majorité de Français comme de médecins seraient favorables à la rémunération de la téléconsultation/télé-expertise, estimant que cela en favorisera grandement le développement.

 

 

 

Gaël Sliman, Président d’Odoxa

 

Retrouvez la synthèse détaillée ici

 

 

 

 

 

 

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.