5 min

Patients, soignants et aidants entrent dans la danse

9 mars 2020 |

Vie quotidienne

Créé en 2019 lors d'ateliers associant des soignants, des patients et leurs proches, le spectacle chorégraphique Des habitants illustre à quel point la danse contemporaine peut permettre à des patients atteints de troubles psychiques de mieux vivre leur corps et de retrouver confiance en eux et dans la relation à l'autre.

 

Des danseurs à part entière

Ils s'appellent Arnaud, Asia, Baya, Camille, Cécile, Christine, Didier, Eddy, Florence, François, Marie, Samia et Sandrine. Ils sont infirmiers, patients, aidants... et tous danseurs à part entière, dans le spectacle créé avec eux par le chorégraphe Sébastien Ly ! Cette rencontre rare entre le monde de la danse contemporaine et celui de la santé mentale, on la doit d'abord à l'initiative du Dr Emmanuel Monneron. Dès son arrivée au centre hospitalier Le Vinatier (69) en 2017, le jeune psychiatre, qui avait suivi un cursus de danse contemporaine en parallèle de ses études de médecine, a souhaité mettre en place un projet en lien avec la Maison de la Danse de Lyon.

Démarrage du projet

Il a notamment pu s'inscrire dans le dispositif Eclats d'Art(1) du Vinatier, financé entre autres par la DRAC et l'ARS(2). Une fois les subventions trouvées, restait un aspect non moins essentiel : recruter des participants ! Suite à un appel à candidatures affiché au centre médico-psychologique (CMP) de Lyon 8e, un groupe d'une dizaine de personnes s'est constitué et le projet a démarré concrètement en septembre 2018. Il comprenait deux axes : des ateliers de pratique et de création, deux fois par mois avec le chorégraphe, mais aussi la possibilité pour le groupe d'aller voir des spectacles dans le cadre du Parcours du spectateur de la Maison de la Danse. Pour Emmanuel Monneron, l'intention première vis-à-vis des participants, et des patients atteints de troubles psychiatriques en particulier, était de « leur faire découvrir et vivre leur corps de façon plus positive grâce à la pratique de la danse contemporaine. On tenait aussi à ce que ce soit un engagement personnel, dans le sens où ce n'était pas sur indication médicale», précise-t-il.

Pour commencer, Sébastien Ly a demandé à chaque participant de proposer un ou deux mouvements à partir de sa thématique de création, Habiter le monde. Il s'est ensuite inspiré de cette matière pour composer et agencer le spectacle. Au final, Des habitants a donné lieu à deux représentations : une première le 25 mai 2019 en plein air, au parc du Clos Layat, dans le 8e arrondissement et une seconde, un mois plus tard, à la Maison de la Danse.

Même si le projet était donc artistique avant tout, et non "thérapeutique" au sens strict du terme, les bienfaits pour les patients impliqués ont été perceptibles après quelques mois de pratique. « Une meilleure gestion du stress et une amélioration des capacités psychiques comme l'attention, la mémoire et la concentration », note le Dr Monneron. Autre effet positif : cela leur a permis de créer des liens différents avec les autres participants. « La danse permet d'établir un rapport un peu plus "horizontal" dans les relations patients/soignants. Nous étions sur un pied d'égalité pour créer tous ensemble, au service d'un artiste », ajoute-t-il. Parmi eux, se trouvait justement un des patients qu'il suit : « ce qui m'a le plus frappé au fil des séances, c'est sa capacité à adapter de façon très pertinente la distance et la façon d'interagir. Quand nous étions avec le groupe, il me tutoyait comme les autres, mais repassait sans problème au vouvoiement quand nous nous retrouvions par ailleurs en consultation ! » Une dynamique de groupe vécue aussi par la maman d'un des patients, elle-même impliquée : « Ils étaient deux danseurs dans un projet et chacun a trouvé sa place en collaborant pour la première fois dans un espace autre que la famille », rapporte Emmanuel Monneron.

Tournage d'un documentaire

Ce projet a également donné lieu au tournage d'un documentaire, par Jean-Camille Goimard, vidéaste et chorégraphe, qui a été projeté en février dernier à l'Institut Lumière de Lyon devant 250 spectateurs. Ainsi, à chaque étape de cette belle aventure, les "patients-danseurs" ont pu gagner en confiance et en estime de soi : à travers leurs propres gestes d'abord, dans la représentation ensuite en montant sur scène, et même dans la prise de parole pour certains, comme lors des échanges avec le public à l'issue de cette projection.

La suite de l'aventure

En attendant la suite (3) , Des habitants pourrait donc continuer à exister sur grand écran puisque le documentaire sera proposé prochainement à différents festivals pour une éventuelle programmation.

"Habiter le monde", c'est d'abord habiter son propre corps.

Aux participants, il a offert une expérience artistique inoubliable.

Céline Collot

 

 

 

(1) Depuis 2006, Eclats d'Art soutient des projets artistiques qui ont vocation à mobiliser patients, soignants et artistes, en dehors des services de soins, et à multiplier les passerelles vers l'extérieur.

(2) DRAC : Direction régionale des affaires culturelles - ARS : Agence régionale de santé

(3) Un nouveau projet coordonné par le Dr Monneron devrait voir le jour en 2021 avec la chorégraphe québécoise Ariane Boulet.

+ D'INFOS

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.