10 min

Le pied, miroir du corps

14 novembre 2018 |

Santé
Gwenn Libouban, réflexologue

Médecine douce à la fois préventive, curative et relaxante, la réflexologie plantaire compte de plus en plus d'adeptes. Gwenn Libouban pratique depuis plus de 20 ans une réflexologie basée sur une écoute précise du corps et des émotions qu'il délivre. Rencontre.

Qu’est-ce qui vous a amenée à la réflexologie plantaire ?

Podologue de formation, je me suis intéressée assez vite aux médecines douces. J’ai eu la chance de rencontrer, sur mon chemin, Martine Faure Alderson, docteur en médecine, créatrice de la réflexologie thérapie totale (RTTFA). J’ai suivi sa formation et suis devenue reflexologue tout en continuant à exercer comme podologue. Au bout de quelques années, j’ai fait le choix de me consacrer entièrement à la réflexologie. Pour nourrir cette activité, j’ai passé un diplôme de psychothérapeute, puis d’énergéticienne. J’ai régulièrement eu besoin d’être guidée par des maîtres, notamment chinois, pour affiner ma pratique et ma compréhension de l’humain.

Quels sont les bienfaits de la réflexologie ?

Ils sont multiples : on peut aider un organe paresseux en particulier à se rééquilibrer, améliorer la circulation de l’énergie vitale, dynamiser l’organisme, soulager des douleurs... L’histoire et la géographie entière de notre corps se trouvent dans les terminaisons nerveuses de nos pieds. La réflexologie plantaire permet, par des pressions et des manipulations très précises, de stimuler chaque partie du corps. Je travaille sur les différentes couches : émotionnelles, énergétiques… sur des mémoires plus profondes. Le travail de réfexologie touche aux racines. C’est un accès direct à la mémoire du corps et des émotions.

En touchant les pieds, j’arrive à sentir ce dont la personne a besoin. Je lis où sont les manques et les potentiels. Cela reste de l’ordre du conseil. Je ne fais pas de prédiction. Sur le plan du dépistage, j’arrive à percevoir de quoi à besoin le corps. La réflexologie est un outil très puissant, d’une finesse extrême.

Comme de nombreuses médecines douces, elle doit être associée à une bonne hygiène de vie.

pieds_0.jpg

Comment choisir un bon réflexologue ?

Il existe un syndicat des réflexologues qui édite un annuaire des praticiens adhérents. Il ne faut pas hésiter à expérimenter et voir si l’on se sent à l’aise avec la personne. Il y autant de réflexologies plantaires que de réflexologues.

 

Chaque réflexologue à sa propre patte. Nous sommes des artisans.

Est-ce que l’on peut parler de don ?

Je ne sais pas si l’on peut parler de don. Mais je parle avec mes mains c’est certain. J’ai besoin, depuis toujours, de toucher. Je pratique la réflexologie 8 heures par jour depuis des années, comme une pianiste. Lorsque vous développez ce sens vous avez des connexions qui se font. J’ai désormais des antennes au bout de mes doigts. Mes mains ont une mémoire.

Je crois que l’art du toucher est vraiment quelque chose de particulier. Mais je ne fais pas de miracles. En revanche, j’ai confiance dans la manière dont je travaille. Cela n’a pas toujours été aussi simple. Durant mes formations j’insiste énormément sur le fait de savoir soi-même se régénérer, se positionner, ou encore respirer. Nous sommes notre propre instrument. Le thérapeute est au cœur de la pratique aussi il est important de s’interroger sur qui nous sommes pour pouvoir exercer ce métier ? L’instrument doit être bien accordé.

On touche aujourd’hui trop facilement les gens sans avoir travaillé sur soi.

Quelles formations pour devenir réflexologue ?

Il existe aujourd’hui en France un certain nombre de formations en réflexologie. Toutes s’appuient sur la connaissance du corps humain.

Le Centre de formation Elisabeth Breton est la première école de Réflexologie reconnue par l’Etat (publication au Journal Officiel du 25/07/2015) et enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles. Les formations dispensées par ce centre permettent d’obtenir le titre de Réflexologue-RNCP, qualification de Niveau II équivalent au niveau Bac +3/4.

Une des plus réputées reste la formation de l’école RTTFA (Reflex Therapy Total Faure-Alderson), école française de réflexologie plantaire créée à Paris en 1974 par le docteur Martine Faure Alderson. Le syndicat professionnel des réflexologues fournit une liste d’écoles qui soutiennent son action, tout en rappelant « qu’il appartient à chacun de faire son choix en fonction de ses propres critères d'appréciation ».

Gwenn Libouban propose des cycles de formation en réflexologie à Cancale et à Paris. Ses cycles se déroulent sur 3 ans avec des sessions de 4 jours une fois par an. Elle accueille chaque année des petits groupes de 12 personnes maximum.

 

Gwenn Libouban vient de publier aux éditions Marabout l'ouvrage L'homme est un arbre qui marche.

livre gwenn_0.jpg

 

Un peu d’histoire 

Discipline apparue il y a plusieurs milliers d’années en Egypte, en Chine et en Inde, la réflexologie plantaire n’est arrivée en Europe qu’à la fin du 19e siècle.

A partir de cette date, plusieurs médecins pratiquent des recherches sur l’idée qu’une stimulation sur une partie du corps puisse agir sur une partie éloignée.

La réflexologie occidentale naît avec les travaux et théories du médecin chirurgien ORL américain William Fitzgérald qui publie Zone therapy en 1917, devenu un ouvrage de référence pour la réflexologie.

Dans sa lignée, le physiothérapeute Joe Shelby Riley établit des diagrammes détaillés de la localisation des points réflexes des pieds et des mains. Il engage la kinésithérapeute Eunice Ingham qui participe activement à ses recherches, palpant et étudiant des milliers de pieds. En 1938, elle publie son premier livre Stories the feet can tell qui met en avant les bienfaits de la réflexologie. Elle parcourt le monde entier et participe à des séminaires où elle expose aux praticiens sa thérapie.

L’anglaise Doreen Bagly en fait partie. Elle formera à son tour un grand nombre de réflexologues européens dont la française Martine Faure Alderson.

Paquerette Grange

 

+ D'INFOS

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.