5 min

FAMILEO, la gazette qui retisse les liens familiaux

12 mars 2019 |

Vie quotidienne
FAMILEO, gazette EHPAD

Tous les seniors n'utilisent pas WhatsApp. Pas d'inquiétude. Avec son journal familial imprimé à partir des réseaux sociaux. Famileo retisse les liens autour des grands-parents, en maison de retraite et à domicile.

A l'heure de la communication du tout numérique, la startup Famileo croit dur comme fer au papier pour prévenir l'isolement des personnes âgées. Une drôle d'idée, à rebours de notre époque mais une idée drôlement efficace.

Depuis Saint-Malo, l'entreprise bretonne a conçu un réseau social privé. Une sorte de Facebook familial, sans publicité, où tous les membres d'une même famille peuvent publier textes et photos à l'intention d'une seule personne, leur grand-parent.

Une fois par mois, tous les quinze jours ou toutes les semaines, les contributions sont réunies dans un journal papier personnalisé, imprimé et distribué par courrier à domicile ou sur place aux résidents des EHPAD. « Combien de personnes âgées attendent des lettres et des cartes postales qui n’arrivent plus ? Mais combien sont-elles à communiquer vraiment avec leurs proches par SMS ou Internet ? interroge Armel de Lesquen, cofondateur de l’entreprise. Famileo fait le pont entre les nouvelles technologies des générations digitales et le media papier encore très apprécié des plus âgés d’entre nous ».

 

gazette_boite_.jpg

 

Des familles réunies

Via Famileo, les personnes âgées isolées gardent un lien affectif, illustré et régulier avec leurs proches. En moyenne, huit enfants et petits-enfants contribuent à chaque numéro depuis leur smartphone ou leur tablette. Famileo resserre aussi les liens intrafamiliaux. « Frères, sœurs, cousins, cousines… Tous se retrouvent autour de leur mamy pour lui offrir des messages d’amour. Ils reprennent contact. Des familles dispersées se réunissent ».

Sur le "mur" de l’application, les maisons de retraite peuvent publier leur actualité pour tenir informées les familles de la vie de l’établissement. « Certains craignaient que la diffusion de Famileo se fasse au détriment des visites, complète Armel de Lesquen. C’est tout l’inverse. Le journal resserre les liens. Plus on donne de nouvelles, plus on est proche, plus les visites sont naturelles ».

Imprimé en EHPAD

En Ille-et-Vilaine, les Jardins du Castel ont été l’une des premières maisons de retraite à adopter Famileo en France. C’était en 2015. L’EHPAD de Châteaugiron héberge 120 personnes âgées. « Nous délivrons aux familles le code d’accès à l’application dès le premier jour d’accueil, à la signature du contrat de séjour », explique Michel Barbé, le directeur.

Chaque lundi matin, la secrétaire imprime en couleur les PDF reçus par Internet, en format A3 ou A4. Le journal est distribué avec le courrier. Une douzaine de résidents le reçoit toutes les semaines. Environ 25 % des pensionnaires en sont destinataires occasionnellement.

 

le_lundi-2.jpg

 

« Famileo fait un bien fou, il est très attendu. Le journal maintient le contact avec l’extérieur. C’est un vrai remède contre l’isolement.»

La gazette familiale est aussi un outil de communication précieux avec les personnels et les autres résidents. « C’est un sujet de conversation facile au moment des repas, de la toilette… ».

Livré par la Poste

À Clermont-Ferrand, la gazette fait le bonheur de Françoise, surnommée affectueusement Zé par ses petits-enfants. Ce sont eux qui ont abonné leur mamy à Famileo il y a 18 mois. Âgée de 92 ans, la vieille dame vit seule chez elle depuis le décès de son mari.

« Je marche mal, je sors peu. Le journal me remplit de joie ».

 

Famileo presse20188 (c) Nino Mahaut.jpg

 

Françoise archive précieusement les journaux reçus tous les quinze jours dans une jolie boîte en fer blanc, posée sur la table du salon. Dans le dernier numéro, Rémi publiait une photo de sa nouvelle maison à Poitiers tandis que Pierre glissait deux portraits de ses enfants à l’escalade et au collège, à Rennes.

L’ancienne institutrice a quatre enfants, six petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants. « Ils vivent loin, un peu partout en France. C’est un très grand plaisir de suivre les mariages, les naissances… Je partage un peu leur vie quotidienne. J’ai même eu l’échographie du petit dernier ! ».

Avant Famileo, Françoise avait reçu en cadeau un ordinateur portable pour rester en contact par Internet. « Mais je ne sais pas faire marcher vos choses modernes. J’ai fait des bêtises alors j’ai arrêté. Je ne m’en sers plus ». Le journal - lui - « illumine » sa journée.

25 000 lecteurs

Aujourd’hui, Famileo revendique 180 000 utilisateurs réguliers de son application numérique - enfants et petits-enfants. Environ 25 000 personnes âgées sont destinataires d’un journal papier imprimé dont 10 000 lecteurs en maisons de retraite ou résidences seniors.

 

Famileo presse201811 (c) Nino Mahaut.jpg

 

Le succès est bien supérieur aux prévisions initiales. Le coût raisonnable de l’abonnement (de 5,90 € à 17,90 €/mois selon la formule choisie) en fait une idée de cadeau généreuse et accessible, à partager en famille. Déjà présente en Belgique et en Suisse, l’entreprise de seize salariés regarde maintenant outre-Atlantique pour se développer.

Olivier Brovelli

+ D'INFOS

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.