5 min

Des robots pour mieux vivre l'isolement

16 juin 2019 |

Vie quotidienne
robots de téléprésence, société Awabot

Et si les robots, loin d'être froids et déshumanisés, étaient plutôt une voie d'avenir au service de la santé et du lien social ? Illustration à Lyon avec les robots de téléprésence proposés par la société Awabot. Ils permettent à des jeunes patients atteints de cancer, isolés en chambre stérile, de garder le contact avec leurs proches.

Vivre le match de l'intérieur

Le 13 mars dernier, le club de football de Barcelone affronte l'Olympique Lyonnais en Champions League. Dans les gradins, près de 100 000 spectateurs. Au bord du terrain : deux robots de téléprésence mobile qui permettent à deux jeunes patients de vivre ce match de l'intérieur, depuis leurs chambres respectives, à l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique de Lyon (IHOPe) (1) et à l'hôpital du Vall d'Hebron à Barcelone. 

Robot stade.jpg

«C'est super d'être aussi près des joueurs avant un grand match comme celui-là, de pouvoir visiter leur vestiaire… Tout le monde n’a pas cette chance », confie José, par robot interposé, à la caméra d’OL TV, la chaîne du club. En effet, malgré la concentration et le stress d’avant-match, les joueurs qui passent devant le robot ont tous un petit mot ou un salut pour leur jeune supporter.

Au quotidien, le robot permet aussi à des enfants hospitalisés d’assister à l’entraînement des joueurs de l’OL et d’échanger quelques mots avec leurs idoles. 

IMG_2414.JPG

Ce robot n’en était évidemment pas à sa première sortie. Conçu par Awabot, entreprise spécialisée dans la e de service, il a été acquis il y a 3 ans par OL Fondation grâce au don d’un joueur et est régulièrement utilisé lors d’événements sportifs ou culturels : matchs, Nuits des musées, concerts…

concert Coldplay crédit photo OL.jpg

Concert Coldplay - crédit photo OL

Le robot permet le maintien d'un certain rythme familial avec la possibilité de réintégrer l'enfant absent dans les moments de jeu ou de repas.

Garder le contact familial

Suite aux excellents retours de ces expériences, l’IHOPe a lancé en 2016 le projet Victory in Innovation for Kids – electronic (VIK-e) (2). L’idée était de mettre à disposition des patients et de leur entourage des robots de téléprésence pour garder le contact lors des longs séjours d’hospitalisation, en particulier pendant les périodes d’isolement en chambre stérile. Grâce à l’ordinateur installé dans sa chambre, le jeune isolé peut piloter à distance le robot et se rendre dans les différentes pièces du domicile, interagir avec ses parents et ainsi conserver son rôle au sein de la famille. Le robot est connectable 24h/24.

vik-eàdomicile-credit photo Centre Leon Berard.JPG

Un programme de recherche a permis d’évaluer l’impact de ce dispositif sur les patients, leurs parents, frères et sœurs, mais aussi sur les soignants. Ses résultats ont été présentés fin 2018 au congrès de l’AFSOS (Association francophone des soins oncologiques de support). « Un meilleur vécu de l’hospitalisation et le maintien du lien avec la fratrie sont les éléments les plus marquants pour les patients. Les familles témoignent aussi d’une amélioration de l’état psychologique de leurs enfants et d’une diminution de leur propre anxiété », détaille le Dr Perrine Marec-Berard, administrateur de l’IHOPe, pédiatre-oncologue à l’origine du projet. Du côté des soignants, le bilan est également positif dans la mesure où le robot leur permet d’approfondir la relation au patient : « via le robot, l’enfant peut présenter aux médecins et infirmières ses frères et sœurs, dont les visites ne sont pas autorisées dans les services, cela permet d’apprendre à mieux connaître le patient et son environnement ».

Si Perrine Marec-Bérard signale quelques frustrations liées aux difficultés d’ordre technique (informatique ou réseau), les bénéfices restent pour tous supérieurs aux inconvénients en cas d’isolement prolongé. Aujourd’hui, l’IHOPe dispose de 12 robots, gérés par l’Association Philanthropique de Parents d’Enfants atteints de Leucémie ou autres cancers (APPEL) et financés grâce à plusieurs associations. Une cinquantaine de familles en ont déjà bénéficié. Au-delà de l’expérimentation, l’institut a reçu énormément de sollicitations d’autres centres d’oncologie pédiatrique et devrait accompagner la diffusion de ce dispositif sur d’autres hôpitaux français.

Un mode d'accès à l'enseignement 

En parallèle, la région Auvergne Rhône-Alpes s’est elle aussi intéressée à la solution d’Awabot, en tant que mode d’accès aux enseignements pour des élèves hospitalisés ou en situation de handicap. Depuis la rentrée 2018, 57 robots de téléprésence ont été mis à disposition dans différents lycées des rectorats de Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand. C’est la première expérience de ce type à cette échelle.

Reportage Céline Collot

 

  1. Groupement de coopération sanitaire Centre Léon Bérard et Hospices Civils de Lyon. Cet institut réunit le département de pédiatrie du Centre Léon Bérard (CLB) et du service d'hématologie des Hospices Civils de Lyon
     
  2. Projet monté en lien avec l'Association Philanthropique de Parents d'Enfants atteints de Leucémie ou autres cancers (APPEL), la société Awabot et le soutien de Bristol-Myers Squibb (BMS).

 

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.