5 min

Dans les Antilles, tout le monde est sur le pont

8 avril 2020 |

Check-up Santé

Alors que la Guyane vient de franchir le stade 2 de l'épidémie de Covid-19 rejoignant la Réunion et Mayotte, la Martinique et la Guadeloupe atteignent déjà le stade 3 comme en métropole. La réserve sanitaire et les médecins à diplômes étrangers viennent renforcer les rangs et des respirateurs, tests et masques sont envoyés en nombre dans ces îles paradisiaques, si fragiles sur le plan sanitaire.

Un niveau d’alerte qui a amené le gouvernement à anticiper sur la crise. « Un confinement total y a été décidé au même moment que sur notre continent, avant même que la phase épidémique ne soit engagée, pour freiner encore plus fort la progression du virus dans ces territoires plus fragiles sur le plan sanitaire » affirmait le Premier ministre le 28 mars dernier. Une mesure de précaution associée au renforcement des capacités de réanimation des services hospitaliers, notamment dans les Antilles qui passent de 81 lits à 169 lits dédiés. Parmi les 32 respirateurs envoyés sans délai dans les territoires ultra-marins, 15 machines viennent d’arriver aux Antilles pour les établissements en première ligne. Un redéploiement qui passe aussi par des renforts humains en mobilisant la réserve sanitaire.

Médecins cubains à la rescousse

Pour s’armer au mieux, Édouard Philippe vient de signer un décret qui autorise pour la première fois des médecins à diplôme étrangers à exercer dans certains territoires d’Outre-mer. Aux Antilles cela doit faciliter l’arrivée de médecins cubains appelés en renfort. La Guadeloupe compte bien en récupérer quelques-uns puisque le CHU se prépare à une hausse brutale de l’épidémie. Depuis le premier cas diagnostiqué le 13 mars, 134 personnes infectées sont déjà recensées parmi lesquels 23 personnes hospitalisées, 15 en réanimation, 31 sont guéries et on déplore 7 décès sur l’île. Au pic de l’épidémie attendu vers le week-end de Pâques, 110 lits d’hospitalisation seront répartis dans cinq unités Covid. Mais déjà les besoins en matériels et médicaments se font ressentir.

« La vague n’est pas encore là, certes, mais l’eau monte vite, » confie Cédric Zolezzi, directeur général adjoint du CHU de Guadeloupe.

Cédric Zolezzi est aux manettes depuis que le directeur général de l’établissement a été diagnostiqué positif au Covid-19.

Le renfort est nécessaire pour mieux juguler l’afflux de patients, inquiets ou atteints, aux urgences du CHU, mais aussi au centre hospitalier de Basse-Terre comme de celui de Marie-Galante, où un centre de triage s’organise pour gérer les formes bénignes et bien orienter les patients.

À Marie-Galante, les médecins et les infirmiers à la manœuvre

Dès leur arrivée, les patients sont vus par une infirmière avant d’être examinés par un médecin. « Nous tentons surtout d’éviter que les patients atteints ne se rendent à l’hôpital ou dans les cabinets médicaux, pour contaminer leurs personnels et les patients les plus fragiles, » explique le Dr François Boutin médecin généraliste à Saint Louis qui participe activement à la mise en place de ce poste avancé. Un lieu pour accueillir et rassurer aussi le plus grand nombre invité à regagner le domicile si l’examen de leur état de santé le permet. « Pour ceux qui ne vont pas bien du tout, on les envoie à l’hôpital, mais c’est tout de même très rare, » constate le Dr Boutin. Pour les cas suspects, des tests viennent d’arriver au centre depuis quelques jours.

Saint-Barthélémy va expérimenter un déconfinement précoce

Les élus de l’île Nord de l’archipel,  pour l’heure relativement préservée du Covid, étudient avec l’ARS un protocole de déconfinement en cours d’élaboration. Interviewée par Radio Saint-Barth, Valérie Denux, directrice de l’ARS s’explique : « On a le sentiment que le virus circule ici de façon bien moins importante. Par ailleurs, la population n’est que de 10 000 habitants et le territoire est bien fermé. Il semble donc plus facile de maîtriser la situation ici. » Des infectiologues et virologues planchent sur un vaste plan pour tester en une vingtaine de jours l’ensemble de la population. Si l’essai s’avérait concluant, il servirait de base pour le déconfinement ultérieur sur les autres îles.

Laurence Mauduit

 

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.

 

banniere-bas.pngsite mnhEspace adhérent