10 min

Ces malades guéris vous disent MERCI !

22 avril 2020 |

Santé

Entre prolongation du confinement et timide décrue des arrivées en réanimation, l'optimisme reste fragile. Pourtant, 98 % des malades atteints du Covid-19 en guérissent. D'abord celles et ceux atteints d'une forme bénigne, mais aussi ceux qui ont passé de longues semaines à l'hôpital, notamment en réanimation. Aujourd'hui, conscients de leur chance de vous avoir croisés, leurs premiers mots sont pour vous. Témoignage.

 

Mi-avril, plus de trente mille patients sont sortis sains et saufs des établissements hospitaliers

Sacha à Strasbourg : Mes chances étaient faibles à l’arrivée

" Dès l’arrivée à l’hôpital, je comprends que je suis leur pire cauchemar avec la possibilité d’infecter beaucoup de gens autour de moi. Quel courage ont les soignants, de continuer à travailler dans ces conditions. Le plus dur pour moi a été de respirer sous un masque. Avec une double pneumonie virale infectieuse, mes chances étaient faibles à l’arrivée et grâce à vous, je m’en suis sorti. Je ne trouve plus les mots pour vous dire merci. "

Simon à Paris : Les bons mots soulagent aussi

« En insuffisance respiratoire depuis le 19 mars, alors que les antibiotiques prescrits par mon médecin généraliste ne donnaient aucun résultat, mon état de santé s’est soudainement dégradé. Je n’oublierai jamais l’efficacité des personnels du SAMU qui m’ont conduit en urgence à l’hôpital Cochin. Dès l’arrivée, un scanner et un test covid ont confirmé ma contamination. Après 15 jours sous oxygène, je sais que la seule technique n’aurait pas suffi pour me faire remonter la pente. Les infirmiers et les médecins ont été formidables. De retour chez moi les images me reviennent. L’humour des brancardiers, le regard de cette aide-soignante, le petit mot apaisant d’un agent d’entretien m’ont aussi tellement soulagé. Un réconfort inimaginable, des souvenirs incroyables avec des professionnels près à tout pour me soulager et repartir du bon pied. »

Laura à la Réunion : Des soignants extraordinaires

“J’ai contracté le Covid-19 à Paris et suis tombée malade à mon retour sur l’île de la Réunion. J’ai vraiment eu de la chance de croiser des soignants extraordinaires et c’est grâce à eux que je suis toujours là. Les médecins viennent de m’annoncer que la phase dangereuse est derrière moi.”

Damien à Besançon : Je n’oublierai jamais vos regards

“J’ai développé une forme grave de la maladie et le SAMU m’a conduit très rapidement à l’hôpital de Besançon où j’ai rejoint l’unité Covid + dédiée aux formes sévères. L’idée de mourir très vite sans revoir ma femme et mes enfants m’a fait paniquer. J’ai été incroyablement bien entouré. Femmes de ménage, aides-soignantes, infirmières et manipulatrices radio mais aussi les médecins et les internes ont été d’un courage exceptionnel. Venir au travail et rentrer le soir la peur au ventre de contaminer leurs gamins. Ces femmes m’ont toutes impressionné. Je pense notamment à une interne et une stagiaire dont je n’oublierai jamais la détermination dans le regard.”

Jean-Michel à Mulhouse : Je suis un rescapé

“Je ne comprenais pas vraiment. Je n’ai rien senti. IIs m’ont plongé dans un coma artificiel et me suis réveillé à l’hôpital de Fribourg sans pouvoir parler. Cette évacuation en hélicoptère vers l’Allemagne m’a sauvé la vie. Je suis un rescapé, tellement heureux de tout. Je veux profiter du supplément. Je ne pourrai jamais assez vous remercier et le plus grand cadeau que l’on peut vous faire, c’est de rester en confinement, aussi longtemps qu’on nous le demande.”

Propos recueillis par Laurence Mauduit

 

 

 

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.