5 min

Accès autorisé - Pour améliorer le parcours médical

19 décembre 2018 |

Infos MNH
cours métrage film MNH Accès autorisé

C'est à Nancy, le 19 novembre, qu'a eu lieu la projection, en avant-première, du court métrage Accès autorisé, réalisé par la MNH et consacré à l'accessibilité aux soins des personnes en situation de handicap.

 

En présence de Carole Grandjean, députée de Meurthe-et-Moselle et de Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Nancy, Jean-Pascal Pradel, 1er vice-président de la MNH rappelle en introduction au débat que la MNH, depuis sa création, accompagne et soutient les personnes touchées par le handicap et ambitionne de faire reconnaître leurs droits. Elle a pour cela fédéré et organisé la Charte Unis pour l’accès à la santé des personnes en situation de handicap – Charte Romain Jacob et notamment créé il y a plus de 20 ans le Trophée Handicap MNH.

Une avant-première en partenariat avec le CHRU de Nancy

La MNH et le CHRU de Nancy mènent toute l’année des actions auprès des hospitaliers pour favoriser le parcours de soins des personnes en situation de handicap. L’une des actions présentées dans le film a d’ailleurs été mise en œuvre dans cet établissement et récompensée en mai 2018 dans le cadre du 21e Trophée Handicap MNH.

Accès autorisé

Le court métrage va à la rencontre d’initiatives pilotes destinées à améliorer l’accessibilité aux soins, notamment :

  • Les soins bucco-dentaires au sein du Réseau Handident à Haguenau ;
  • Les soins ophtalmologiques qui permettent à une équipe pluridisciplinaire (ophtalmologiste, orthoptiste et opticien) d’apporter des soins spécifiques et adaptés au centre médico-social Lecourbe à Paris ;
  • La mise en place d'un accueil et d'une prise en charge des personnes sourdes et malentendantes au CHR de Metz-Thionville ;
  • La mise en place au sein d’une mission handicap de personnel du service civique et citoyen pour guider les patients au CHRU de Nancy. 

Un débat avec des experts de l’accessibilité aux soins

La projection a été suivie d’un débat organisé sous forme de tables rondes.

  • L’hôpital face aux enjeux de l’accessibilité aux soins des personnes en situation de handicap ;
  • La relation soignant/soigné.
     
    Isabelle Virion, directrice des relations avec les usagers au CHRU de Nancy indique que des efforts sont faits pour mobiliser le personnel face aux personnes handicapées et des projets sont en cours.

    Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Nancy, rappelle que la prise en compte de la personne handicapée comme citoyen à part entière est une priorité.

    Le Dr Sylvie Albecker, chirurgien-dentiste, spécialiste en médecine bucco-dentaire et présidente de l’association des chirurgiens-dentistes, en charge du Réseau Handident Alsace fait part de sa grande préoccupation : peu de chirurgiens-dentistes s’intéressent au handicap. Une formation leur est bien dispensée mais une fois installés, ils n'assurent pas la prise en charge de patients handicapés : l’aspect financier est un élément du problème.

    Le Dr Cédric Linglart, coordinateur médical de la Plateforme médicale et accès aux soins du centre médico-social Lecourbe à Paris, rappelle qu’il n’est pas si simple de trouver un médecin acceptant de s’occuper d’une personne handicapée, cela demande plus de temps. Il était pessimiste au démarrage de son projet mais a réussi à trouver une équipe de praticiens acceptant de recevoir les patients en consultation handicap.

    Pascal Boudin-Corvina, directeur des soins et coordinateur des écoles et instituts au CHRU de Nancy indique qu’une convention a été signée pour que les professeurs viennent sensibiliser les étudiants au handicap. Il constate cependant que de plus en plus de mémoires de fins d’études portent sur le handicap.

    Jean-Pascal Pradel précise qu’il est difficile de conjuguer la nécessité de mieux prendre en charge avec les exigences financières ; c’est une question de moyens, certes, mais pas seulement. Il faut travailler sur la relation.

 

 « Il faut une plus grande sensibilisation du personnel soignant sur ce sujet ».

Vers un avenir plus serein

Christelle Didier, responsable de la mission Service civique au CHRU de Nancy fait le constat suivant : pour aucun des jeunes, le choix de cette mission de travail civique, d'une durée de 8 mois, ne s'est imposé en raison de la présence d'une personne en situation de handicap au sein de leur famille.

Stéphanie Blanc, orthoptiste et chef du projet 3 O (orthoptiste, ophtalmologiste, opticien) au centre médico-social Lecourbe souligne que « les jeunes sont demandeurs d’informations ».

« Dans bien des domaines nous avons les capacités d’intervenir sur notre environnement et quand celui-ci est bienfaisant, bienveillant et facilité, on franchit des caps. C’est rassurant », conclut Jean-Pascal Pradel.


Reportage Marie-Thérèse Holecek


Découvrez ci-dessous le film Accès autorisé

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.